Société Saint François de Sales
"L’homme est la perfection de l’univers, l’esprit est la perfection
de l’homme, l’amour celle de l’esprit, et la charité celle de l’amour."
St François de Sales

Fils de Saint François de Sales > Histoire de la Société

Historique


A partir de son expérience de vicaire à Saint Marcel, l’abbé Henri Chaumont, après avoir fondé des associations pour les femmes et pour les prêtres, fonde celle des Fils de Saint François de Sales. Après des débuts difficiles, la Société des Fils se développe et se répand dans le monde à partir de 1923.

Au début de son ministère sacerdotal, l’abbé Chaumont est nommé vicaire à St Marcel. Il découvre le besoin de formation des gens, un lundi de Carême, à l’occasion d’une rencontre. Un chiffonnier vient le trouver pour parler d’un livre « Exposé de la doctrine chrétienne » qu’il vient de lire. A partir de là, l’idée d’organiser des conférences pour former les hommes du quartier germe dans l’esprit de l’abbé Chaumont. Il conçoit une réunion avec une conférence sur un sujet au goût de son auditoire, suivie de cantiques et d’un entretien religieux. Pour les conférences, il demande l’aide de son père et d’un ancien magistrat, M. Gauthier. Son frère Ernest, qui est musicien, accompagne les cantiques à l’harmonium. Il convoque un premier groupe d’hommes avec l’aide de leurs femmes. Rapidement l’œuvre De la Doctrine chrétienne eut un grand succès.

A la fin de 1868, l’abbé Chaumont est nommé vicaire à la paroisse de Ste Clotilde. C’est là qu’il rencontre Caroline Carré de Malberg. Ensemble, ils créent l’association des Filles de St François de Sales en octobre1872, puis celles des Prêtres de St François de Sales. Ce qu’ Henri Chaumont avait fait pour la perfection de ses confrères et la sanctification des femmes, pourquoi ne le ferait-il pas pour les hommes, à une époque où leur fidélité aux pratiques catholiques exigeait une formation beaucoup plus solide qu’autrefois ?

Le 24 octobre, jour de la fête de l’archange Raphaël, une première réunion de la Société naissante a lieu à Paris sous la présidence de l’abbé Chaumont. Depuis lors, l’invocation à St Raphaël prendra sa place dans celle de la Société des Fils. En fait la première réunion se tiendra le 5 novembre 1876. Le 8 novembre, il peut dire à M. Lemarchand : Il y a grande joie parmi nous ! Le dernier élément, dernier chronologiquement souhaité, nous est acquis : la Société de Saint-François de Sales est désormais complète. Elle se compose de prêtres appelés « Prêtres de Saint-François de Sales », nom que nous ne divulguons pas sans nécessité, mais dont Mgr Richard désire que nous ne fassions pas un mystère. Ces prêtres, parmi les âmes que Dieu leur envoie, s’appliquent à former à la vie chrétienne parfaite les âmes en qui ils trouvent un appel spécial de Dieu ; de là, pour les hommes, les membres de la Société de Saint-François de Sales (mariés ou non), et pour les femmes, l’Association des Filles de Saint-François de Sales. Et ces prêtres, par les uns et les autres, s’appliquent à répandre dans le monde la doctrine de saint François de Sales, soit dans les œuvres, soit autrement, parce que saint François de Sales est, plus que tout autre saint, l’homme capable aujourd’hui de faire comprendre, aimer et suivre le véritable Esprit de Notre-Seigneur.

Cette œuvre nouvelle resta assez longtemps stationnaire. A la réunion des prêtres du 21 mai 1883, l’abbé Chaumont en parla, disant que le moment était peut-être arrivé où elle allait prendre son essor ; il espérait qu’un règlement, s’inspirant de celui des Prêtres et de celui des Filles, avec comptes rendus mensuels et petite retraite chaque mois, produirait autant de bien que dans les autres groupements. C’est seulement en 1887 que le groupe des hommes prendra son essor, s’efforçant de se sanctifier par l’emploi des méthodes salésiennes sous la direction de l’abbé Emmanuel de La Perche. A la retraite d’Athis en juillet 1892, l’abbé Chaumont écrit : « Malheureusement leur petite Société n’a pas encore atteint sa forme définitive. Ils ne sont que quatre-vingts ou cent au plus ». La Société des Fils de Saint François de Sales est approuvée par le cardinal Richard, archevêque de Paris, le 28 mars 1898.

Le premier Fils de Saint-François de Sales fut le propre frère du fondateur, Eugène Chaumont, celui qui l’aidait à Saint-Marcel dans les réunions de la Doctrine chrétienne. Plusieurs hommes de valeur suivirent, notamment Maurice Marchal, ingénieur de la marine, dont M. Chaumont fut lui-même le directeur et le probateur, et avec lequel il entretint une correspondance fidèle. Le Colonel Carre, mari de Caroline la fondatrice de la Société des Filles, entra dans la Société des Fils à la fin de sa vie.

Le groupe de Paris est le centre de la Société. A partir de 1923, les compte-rendus de ses réunions permettent de voir l’extension de la Société. Au début de 1923, un groupe se forme à Lille sous la direction de M. Trouillet, curé de Saint Marice des Champs. A la fin de l’année, le directeur général, le chanoine Faralicq, demande que les Fils travaillent à activer le développement de la Société afin que le Règne de Dieu s’étende davantage et aussi le bien de notre Société. Des groupes se créent en France, mais aussi au Chili, en Italie.


Association Saint François de Sales | Salésiennes Missionnaires de Marie Immaculée | Fils de Saint François de Sales | Prêtres de Saint François de Sales
Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous contacter | Webmestre | Espace privé | SPIP - ©Société Saint François de Sales - 119 Productions